Site icon Odyssée Méditerranée

Donia, piste de solutions

Une application pour sauver la biodiversité de nos côtes.

L’application DONIA a pour objectif de sauver les herbiers de posidonie. Elle  propose une cartographie interactive des fonds sous-marins des côtes méditerranéennes.

© Laurent Ballesta

Cette cartographie permet aux plaisanciers de planifier et d’organiser leur mouillage en tenant compte de l’environnement marin. Ils peuvent ainsi orienter leur ancrage afin de préserver cet écosystème marin
 protégé tout en respectant la réglementation.

Elle permet aussi aux plongeurs, pêcheurs et à tous les amoureux de la mer, d’échanger des informations tout en contribuant à protéger les écosystèmes marins sensibles.

Développée et éditée par Andromède Océanologie, avec le concours financier et technique de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et de Naos, lapplication est pour l’essentiel de son utilisation gratuite.

En Octobre 2020, le préfet maritime de la Méditerranée a signé deux premiers arrêtés pour réglementer le mouillage des navires de plus de 20 ou 24 mètres pour le Département des Alpes Maritimes (décret n°205/2020 et n°204/2020), déclinés également dans d’autres départements littoraux). Ces arrêtés identifient des zones d’interdiction au mouillage pour protéger les herbiers de posidonie. L’application DONIA aide ainsi les bateaux à identifier les zones d’interdiction.

La posidonie a un rôle majeur dans l’écosystème marin : la photosynthèse permet d’oxygéner l’eau et son système racinaire dense et profond, participe à la stabilité des fonds marins et protège le littoral. C’est, par ailleurs, une « nurserie » pour 25% des espèces animales méditerranéennes (sèches, rascasses, grandes nacres…).

L’herbier de posidonie est également essentiel pour le climat. Un kilomètre carré de cette plante stockerait jusqu’à 83.000 tonnes de carbone. Par comparaison, un kilomètre carré de forêt tempérée ou tropicale n’abriterait que 30.000 tonnes de carbone, soit près de 3 fois moins qu’un herbier (pour en savoir plus).

L’application permet de recueillir d’autres données très intéressantes comme la position des autres bateaux, d’autres écosystèmes marins (Matte morte, Roche, Sable), les courbes de profondeur jusqu’à -50 mètres et même des photos géoréférencées de paysages et d’espèces sous-marines illustrées par Laurent Ballesta !

Certains options sont payantes mais la plus grande partie des outils sont gratuits.

Posidonia oceanica, espèce endémique de Méditerranée
La cartographie des posidonies : Le désastre des ancres des grands bateaux par Andromède Océanologie

28/5/2021

Exit mobile version