Méduse à Villefranche-sur-Mer © Cédric Palerme

WWF nous sensibilise à la richesse de la Méditerranée mais nous alerte sur sa fragilité. Selon l’association, cette biodiversité exceptionnel est en danger (cf. article). Avec ses 46 000 km de littoral, la Méditerranée est la plus grande mer semi-fermée au monde. Elle s’étend sur 24 pays et territoires d’Europe, d’Afrique et du Moyen-Orient. Région naturelle et stratégique, elle joue un rôle historique fondamental dans le développement des territoires qui l’entourent.

La Méditerranée se déploie du détroit de Gibraltar au canal de Suez. Ce bassin comporte quelques-unes des terres les plus fertiles, les plus belles et, par conséquent, les plus convoitées de la planète. Son patrimoine historique et culturel est riche, varié et de renommée internationale. C’est autour de la Méditerranée que l’homme a inventé l’élevage et l’agriculture : la révolution néolithique sur laquelle est fondée l’incroyable développement des sociétés humaines.

Réputée pour la splendeur de sa nature, elle jouit d’un climat doux et tempéré et est l’une des régions les plus peuplées et développées au monde. Les quelque 500 millions d’habitants qui y vivent influencent les équilibres écologiques de la région.

Foyer de biodiversité, WWF précise que la mer Méditerranée abrite plus de 10 000 espèces et notamment de 4 à 18%, selon les taxons, des espèces connues à ce jour ( dont un quart est unique à la région ), alors que cette mer ne représente que 1% des eaux de la planète.

Méditerranée et changement climatique

Le GIEC interpelle la communauté sur l’état de la Méditerranée identifiée comme une région particulièrement exposée au réchauffement et surtout à l’acidification de l’eau. Cette situation met en danger de nombreuses espèces de faune et de flore et notamment l’herbier de posidonie essentiel à l’équilibre de la santé de la vie sous-marine. Appelée «le poumon de la Méditerranée», les herbiers de posidonie constituent l’une des sources d’oxygène importantes. Ils absorbent le dioxyde de carbone, participant ainsi au ralentissement du réchauffement climatique.

Pour aller plus loin sur la posidonie


		
			

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code