Odyssée Méditerranée vous propose de découvrir les merveilles de notre Méditerranée car vous faire mieux connaitre ses richesses, vous donnera nous l’espérone envie de la protéger.

Herbier de posidonie - Posidonia oceanica, espèce endémique de Méditerranée
Posidonia oceanica, espèce endémique de Méditerranée

La posidonie (posidonia oceanica), un écosystème très important qui représente 0,1% de la zone littorale Méditerranéenne. C’est une espèce endémique de Méditerranée dont vous pouvez voir la répartition dans la carte ci-dessous éditée par l’IUCN.

Lieux où se trouve la posidonie dans la mer méditerranée
En marron les lieux où l’on trouve de la posidonie

Ce n’est pas une algue mais une plante à fleurs que l’on appelle aussi herbier de posidonie. Elle est cousine de l’Isis. Peu nombreuses dans le monde, elles jouent pourtant un rôle vital.

Présente sur toutes les côtes méditerranéennes, elle constitue de véritables forêts sous-marines.

La posidonie est dédiée à Poséidon, Dieu de la mer.

Une journée dédiée pour attirer l’attention et sensibiliser

C’est un trésor à qui l’on dédie une journée qui est le 1er mars.

Ces journées mondiales et thématiques nous permettent de profiter d’une mise en lumière pour sensibiliser autour de soi les usagers de la mer et du littoral sur son caractère précieux.

A quoi ressemble la posidonie ?

Constituée de tiges rampantes ou dressées qu’on appelle des rhizomes, la posidonie est compoisé de racine enfouie dans le sol et de fleurs à leur extrémité.

Sur chacun d’entre eux se dresse des faisceaux de 4 à 8 feuilles vertes rubanées.

La végétation luxuriante de cette forêt abrite une multitude d’organismes marins : algues et animaux invertébrés qui se fixent sur les tiges ou les feuilles. Les poissons s’en nourrissent. Les posidonies jouent aussi un rôle d’abri pour les jeunes poissons menacés par toutes sortes de prédateurs.

La forêt sous la mer, oasis du littoral

La posidonie est un indicateur de la bonne qualité de l’eau.
Elle vit de la lumière et par conséquent les activités humaines comme les constructions sur le littoral qui rendent l’eau trouble menacent son équilibre, obstruant la lumière sans laquelle l’herbier de posidonie ne peut survivre.
D’autres menaces la fragilisent : la pollution chimique et les ancres des plaisanciers.

Reconstitution lente, voire impossible

Ces prairies maritimes sont d’autant plus menacées qu’elles poussent très lentement, seulement de 3 cm par an à l’horizontal.
Des initiatives pour la replanter dans des espaces protéger sont actuellement en cours d’étude, mais difficilement réalisables à court terme. Le plus simple reste encore d’en prendre soin dans leur habitat naturel.

L’urgence est d’autant plus grande que, si les dégâts aux herbiers de posidonies sont causés rapidement, en quelques « coups » d’ancres ou en raison de quelques opérations d’aménagement ou de réensablement, leur reconstitution est très lente, voire impossible. En outre, la destruction d’un herbier est une « bombe à retardement » : le carbone stocké sous les posidonies est alors remis en circulation, accélérant l’effet de serre et le réchauffement climatique.

Tribune des scientifiques parue dans le journal Le Monde daté du 9 août 2021

La posidonie, essentielle en mer et sur terre

Sur les plages, on trouve parfois des boules de fibres brunes de la taille d’une balle de ping-pong ou de tennis. La mer les forme des rhizomes morts. On trouve aussi des feuilles mortes de posidonie qui permettent de limiter l’érosion des plages en formant des couches de feuilles mortes.
Il est important de les laisser en l’état afin de protéger les côtes.
Elles sont aussi un fixateur des fonds du sable et un protecteur des côtes sableuses.
A cela, on peut aussi ajouter le rôle des feuilles des posidonies mortes dans la chaine alimentaire, puisqu’elles viennent nourrir les animaux.
Pour toutes ces raisons, la survie de la posidonie est essentielle pour notre mer.

A Port-Cros, la posidonie se développe sur le fonds des criques peu profondes et abritées et affleure à la surface. Elle forme un véritable récif barrière rarement observé en Méditerranée. Le récif du Parc National de Port Clos est les plus connu d’entre eux.

CANOPé – Les récifs barrières de Posidonie en méditerranée française – GIS Posidonie

Le poumon de Méditerranée

La posidonie est protectrice de notre littoral mais aussi productrice d’oxygène. Elle capte le CO2. Chaque mètre carré de posidonie produit à lui seul entre 1 et 14 litres d’oxygène par jour.

Les herbiers de posidonies sont nécessaires pour maintenir nos mers et océans en bonne santé, mais aussi pour limiter le réchauffement climatique.

À surface égale, ces écosystèmes aquatiques captureraient même trois fois plus de carbone qu’une forêt tempérée ou tropicale.
C’est pour cette raison que l’herbier de posidonie constitue un biotope extraordinairement riche et essentiel. En produisant de l’oxygène et une grande quantité de matière organique, elle nourrit indirectement la plupart des espèces qui vivent autour et sur l’herbier.
Vous pouvez trouver dans ses feuilles ou dans l’épaisseur de la matte (entrelacement des rhizomes et des racines) des seiches, saupes, carmagnoles, hippocampes, labres… mais aussi des crustacés et des mollusques ou encore des éponges.

A la fois, abri pour les poissons adultes et nurserie pour les poissons juvéniles, la posidonie joue de multiples rôles.

Une richesse endémique de Méditerranée à découvrir et à protéger

« Nous ne pouvons accepter la destruction du bien commun que constituent les herbiers de posidonies. les mesures de protection de cette plante sous-marine méditerranéenne qui remplit des fonctions écologiques cruciales doivent absolument être maintenues »

Titre de la tribune signé par des scientifiques spécialistes parue
dans le journal Le Monde daté 9 août 2021

Des mesures réglementant le mouillage des bateaux qui est la première cause de dégradation sur les côtes françaises de Méditerranée ont été mises en place. Elles marquent l’interdiction du mouillage des bateaux de plus de 24 mètres sur un herbier, la mise en place d’équipements pour éviter l’ancrage, et notamment la protection stricte de sites emblématiques. Les scientifiques saluent cette décision, mais expliquent la disparition de la posidonie se poursuit inexorablement.

LovePosidonia de MedPAN, réseau des gestionnaires d’Aires Marines Protégées en Méditerranée

Sources

Pour aller plus loin >> préservation et conservation des herbiers à Posidonia oceanica, de Ramoge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code